HOME Blog 2è Coupe d’Af... l’évènement ?

20
06
07
oct.

2è Coupe d’Afrique des nations de Wushu au Bénin :Qui bloque l’organisation de l’évènement ?

Mots clés: Afrique , coupe , organisation
Afrique wushu

La Fédération Béninoise de Wushu a du mal à organiser la 2ème Coupe d’Afrique des nations prévue à Cotonou. Invité dimanche sur l’émission Stade d’ici et d’Ailleurs de Océan Fm, Maître Patrice Komenan, président de l’Union ouest africaine de Wushu (Ufoa-W) a tenté de situer les responsabilités dans le retard qu’on observe dans les préparatifs.

Installée seulement le 24 décembre 2005, la Fédération béninoise de wushu vient de se voir honorer par les instances africaines d’une organisation de taille ; celle de la 2ème Coupe d’Afrique des nations de la discipline prévue pour la deuxième quinzaine du mois de novembre prochain. Seulement depuis l’annonce par la Confédération africaine de wushu de confier l’organisation au Bénin, il y a 4 mois, les autorités du ministère des Sports du Bénin piétinent et semblent ne pas accorder de crédit à cette discipline pourtant reconnue sur le plan international. Invité dimanche sur l’émission sportive de la Radio Océan Fm, Stade d’Ici et d’Ailleurs, le président de la Fédération béninoise de wushu s’est lui-même interrogé sur le silence du ministère de la culture, des sports et des Loisirs qui a été saisi du dossier depuis environ trois mois. La Fédération Internationale de Wushu aurait même envoyé au patron des sports du Bénin, M.Théophile Montcho une correspondance pour lui faire part de la tenue à Cotonou de cette compétition africaine. Selon Me Komenan, le ministre Montcho a effectivement reçu la note et a même introduit dans ce sens, une communication en conseil des ministres. Le gouvernement aurait même accepté d’accompagner cette noble initiative en promettant une subvention de 4 millions sur les 50 millions demandés par le comité d’organisation. Mais contre toute attente, selon Me Komenan, le ministre des sports a demandé le retrait du dossier à la Présidence de la République parce que la Can-wushu n’était pas prévue dans la ligne budgétaire du ministère. Et qu’est-ce qu’il faut faire ? Depuis, le comité d’organisation est dans le flou total. Le ministère n’a plus rien dit et les jours s’égrènent. Et on comprend la déception des nombreux auditeurs qui sont intervenus sur les ondes de la Radio pour dénoncer ce silence coupable du ministère des Sports. En effet, le grand maître Patrice Komenam qui cumule sa fonction de président de la fédération béninoise avec celle de premier responsable de l’Union des fédérations ouest africaines de Wushu Ufoa-Wushu a milité pour que cette organisation échoie au Bénin. Une organisation qui s’est aussi obtenue à l’arrachée parce que de grandes nations maghrébines du Wushu comme la Tunisie où encore le Maroc avaient elles aussi manifesté leur ferme intention d’abriter cette messe du sport martial africain. Au delà d’une simple organisation relevant de la Fédération, c’est l’entière image de la patrie qui est engagée. Et pour mieux relever ce test grandeur nature, le volet culturel ne va pas être occulté. Le Bénin souffre d’un relatif anonymat et tout le monde le sait. Et l’organisation de cette Can-Wushu à Cotonou est une occasion qui est donnée à beaucoup d’Africains et aux membres de la fédération internationale de wushu de découvrir le Bénin.Cela va leur permettre de palper le vaste patrimoine culturel local avec les chants et danses du terroir. En plus du volet organisationnel, le Bénin veut aussi être représentatif quant aux médailles à glaner.



COMMENTER